1- Modéré, tu seras

Tout excès alimentaire nuit à la santé. La nourriture est souvent une compensation affective et c’est la cause de bien des désordres comme la prise de poids, la lourdeur et… le sentiment de culpabilité.
En fait, il faut toujours laisser une place vide dans l’estomac lorsque nous mangeons. Les Japonais d’Okinawa mettent en application ce principe avec succès et comptent plus de 30 000 centenaires pour une population d’un peu plus de 1,3 million d’habitants. Des études menées aux États-Unis sur le vieillissement ont confirmé que la modération alimentaire est gage de longévité.
« On doit manger plutôt tôt que tard, lentement que rapidement; peu que beaucoup, la nourriture doit être tiède mais pas chaude, plutôt molle que dure, et salée mais pas trop salée.» (Yang Sheng Lu – Recueil des méthodes pour nourrir la vie).

 

2- Avec ta bouche, tu mastiqueras

Manger lentement, calmement, en mastiquant bien, est l’une des clés fondamentales du savoir manger. La mastication économise le « feu digestif » et rend la digestion beaucoup plus facile. Il est intéressant de constater que dans la Chine moderne, cet élément essentiel du savoir manger disparaît.
La tradition ayurvédique (incluant la médecine traditionnelle indienne) nous dit même qu’il faut boire ses aliments et mastiquer ses boissons.
« On doit mastiquer sa nourriture avec minutie pendant qu’on mange (…) La nourriture crue ne doit pas être avalée.» (Qian Jin Yao Fang – Prescriptions majeures de milles onces d’or)

 

3- Que si tu as faim, tu mangeras

Il faut manger seulement quand on a faim et avoir digéré le repas précédent. Une vraie faim veut dire, en termes de médecine chinoise, que le « feu digestif » est prêt pour recevoir de nouveaux aliments dans l’estomac. Souvent, notre faim n’est pas une vraie faim et notre besoin de manger, de grignoter, est plus d’ordre psychologique influencé par les sollicitations extérieures y compris mercantiles. Nous croyons avoir faim. Beaucoup de personnes mangent d’ailleurs sans réellement avoir faim. Pour les Chinois, ceci induit souvent une stagnation d’aliments ou une chaleur dans l’estomac à l’origine de nombreuses maladies.

4- Régulier à table, tu seras

Si vos repas sont réguliers même avec une amplitude de quelques heures, votre système digestif est prêt à recevoir le bol alimentaire dans de bonnes conditions. Ceci a pour conséquence une meilleure digestion, une meilleure assimilation, donc une meilleure santé. En effet, l’habitude est reposante. Tout dans la nature mais aussi chez l’homme est basé sur des rythmes, sur des cycles. On a ainsi mis en évidence la sécrétion des hormones selon les heures de la journée, on appelle cela la chronobiologie. Notre organisme travaillera d’autant plus harmonieusement que nous respectons ce rythme physiologique.
« Prendre les repas à heure fixe préserve le corps de toute souffrance. » (Lu Shi Chun Qiu – Printemps et Automnes de Maître Lu)

 

5- Concentré tu seras et les sens en éveil, tu auras en mangeant

Plus nous nous concentrons sur notre repas, sur les odeurs, les saveurs, plus cela favorise la digestion. Pourquoi ? Parce que ces différents stimuli favorisent le bon fonctionnement de notre système digestif. On ne doit pas parasiter le repas avec des ambiances sonores qui perturbent l’attention portée à la prise alimentaire.
Le repas peut être vu comme un spectacle avec une mise en scène des plats faite pour stimuler notre appétit et notre digestion. La notion de conscience de ce que l’on fait, de ce que l’on sent, de ce que l’on voit, de ce que l’on entend, est fondamentale. Plus nous avons conscience de ce que nous faisons, plus le corps fonctionne bien, plus la physiologie est active… Nous mangeons apaisé et le repas redevient une vraie pause permettant de se ressourcer.

6- La zen attitude, tu adopteras

L’atmosphère dans laquelle est pris le repas est fondamentale. Il doit être pris dans la détente et non pas dans le stress, la colère ou même avec des rires exagérés. Il ne s’agit pas d’empêcher les repas entre amis où la gaieté doit bien entendu être privilégiée. Nous parlons des repas quotidiens, familiaux qui sont un acte sacré et devraient être vécus comme tel, dans la bonne humeur et la tranquillité.
Le stress, le bruit, les émotions fortes favorisent une mauvaise digestion qui peut, si elle s’installe, être à l’origine de très nombreux problèmes de santé, entre autres, la prise de poids.
« On ne doit pas manger immédiatement après une colère, ni se mettre en colère juste avant un repas. On ne doit pas manger lors de colères, de réflexion profonde ou de peur. » (Da Sheng Yao Lu – Recueil majeur des sages).

  
 

La boxe thaïlandaise : un art martial aux multiples bienfaits